Final Fantasy IV ~ The After Years ~

Après avoir fini le remake de FFVII et surtout après ma déception face aux deux derniers chapitres (la pilule n’est toujours pas passée actuellement), retrouver le monde de FFIV et la bande à Cecil était le moment parfait. Est-ce que la suite du mythique FFIV vaut le coup ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Si vous n’aviez pas joué au premier épisode mais que vous souhaitez quand même lire l’article, je vous conseille de sauter quelques passages et… de jouer à FFIV !

God save the King ! (ceci est une de mes captures)

De quoi parle ce FF ?

17 ans après la défaite de Zeromus, la paix sur Terre est toujours aussi harmonieuse. Entre-temps, Cecil et Rosa à présents mariés et sur le trône de Baron ont engendré un fils, Ceodore, qui souhaite faire partie des Ailes Rouges. En tant qu’apprenti, Ceodore part en initiation mais pendant ce temps, un phénomène mystérieux se produit au château. Des monstres dont on ne connaît la provenance se mettent à attaquer nos héros. Après quelques combats, Cecil et Rosa sont témoins d’un autre phénomène à leur grand désarroi : le retour de la deuxième lune, lune qu’ils avaient pourtant réussi à faire disparaître auparavant. Suite à cette triste découverte, ils tombèrent nez à nez avec une mystérieuses jeune femme. Cecil décide de se battre seul contre elle mais la femme invoque Bahamut vainquant ainsi le Roi de Baron…

Développé par le studio Matrix Software (qui s’était occupé du remake du IV) et publié par Square-Enix, la sortie du jeu a eu lieu en 2008 soit… 17 ans après celle de FFIV ! De base, TAY était sorti au Japon et sur mobile. La version mobile reprend donc les même graphismes de la version GBA mais d’autres version sont ensuite sorties reprenant celles de la version DS (pour plus d’infos, je vous invite à cliquer sur ce lien).
L’année suivante, TAY sort sur Wii Ware dans lequel les trois derniers chapitres du jeu ont fusionnés pour en former un seul et unique. Les chapitres facultatifs ont été disponible sur le store pour la modique somme de 800 point Wii. En 2011, Sony décide de sortir à son tour sur PSP et PS Vita une compilation de l’univers de FFIV dans laquelle sont réunis FFIV, TAY mais également FFIV : Interlude, qui est la suite directe de FFIV. Deux ans après, une version iOS et Android verra le jour et pour finir, en 2015 sort une version Windows et Steam.

TAY reprend presque la même équipe sauf qu’à la place de Hironobu Sakaguchi dans le poste de directeur de création, c’est Toshio Akiyama. Takashi Tokita qui avait déjà participé à la création de FFIV en tant que concepteur principal et scénariste occupe les mêmes postes mais rajoute un troisième à savoir, celui de producteur. C’est lui qui a eu l’idée de faire de TAY, un jeu à chapitres s’inspirant de Live a Live, un J-RPG tactic sorti sur SNES en 1994, jeu dans lequel il a fait parti du staff. Yoshitaka Amano et Akira Oguro (story-boardiste du film FF Les créatures de l’esprit) se sont occupés des illustrations mais ce sont surtout celle d’Oguro qui figurent dans le jeu. Le jeu reprends les même musiques de Uematsu mais de nouvelles ont été composées par Junya Nakano en particulier et Masashi Hamauzu. Les fans de FFX reconnaîtront leur style.

Qu’est-ce que j’en pense ?

Le jeu a eu des critiques plutôt mitigées… du moins, d’après ce que j’ai pu lire sur la toile. En soit, je comprends qu’il puisse rebuter certain.es mais honnêtement, je pense que c’est la suite d’un FF que je préfère. En plus, je ne me suis pas mise en tête les critiques (positives comme négatives) avant de commencer le jeu.

Retrouver l’univers de FFIV m’a bien évidemment fait plaisir et j’ai été conquise par le concept des chapitres. Il faut savoir que de base, il n’y en avait que très peu comme je l’ai précisé plus haut, mais comme j’ai joué à la version Steam (j’ai acheté le bundle), ils y étaient tous. Nous ne sommes pas obligé.es de les faire sauf ceux de Ceodore, Kain et le dernier bien évidemment*. Pour le côté camaraderie, celui de Edge est mon préféré de tous.

Nous avons droit à des nouveaux personnages : la fille du Roi des Nains, Luca qui souhaite devenir une ingénieure, Ursula la fille de Yang qui veut suivre les pas de son père, Leonora, la jeune apprentie du arrogant Palom, etc. D’autres feront leur retour à ma grande surprise (et joie) ! L’antagoniste est plutôt classique, du coup, je n’ai pas réellement d’avis tranché sur elle. Peut-être quand je rejouerais au jeu, qui sait ?

Si Cecil, qui était pourtant le héros du jeu, n’est pas mi en avant dans cette suite, c’est surtout Kain qui l’est et TANT MIEUX. J’ai trouvé sa fin dans FFIV plutôt triste et j’ai été ravie d’assister à son cheminement vers la lumière, le lavant de tout péchés.
Au niveau de l’histoire, j’ai été satisfaite puisqu’il respectait vraiment l’univers de FFIV. En plus, vers la fin du jeu, il y a deux versions, ça dépend du choix de la composition de notre équipe avant un certain combat (je n’en dit pas plus !).

Lors de mes recherches, j’ai apprit qu’une novélisation officielle a été faite. Elle a été écrite par le scénariste du jeu, Ichiro Tezuka et illustrée par Oguro. Je me demande s’il y a une version anglaise.

Le système de combat est le même donc de ce côté, aucune surprise mais des nouveautés ont été mises à savoir les phases de la Lune. Par exemple, si la lune est croissante, la magie blanche est plus puissante mais la noire l’est moins. Lors de la pleine lune, les attaques sont quant à elles moins fortes et la magie noire augmente en puissance. Le changement de phase se produit toutes les 30 minutes. L’autre nouveauté est le système de coopération, qui reprend un peu la commande « Tandem » de Porom et Palom mais qui est basé sur les infinités entres les personnages. Parfois, ce système peut vous aider surtout si c’est l’équipe entière qui fait cette technique spéciale !

Par contre, le gros reproche que je pourrais faire au jeu, c’est surtout à cause des succès à obtenir sur Steam. A la toute fin du jeu, une fois avoir fait tout les chapitres, nous pouvons faire jouer TOUT les personnages du jeu (ce qui fait le FF ayant le plus de personnages à jouer !). Personnellement, j’ai gardé la dream team à savoir, Edge, Cecil, Rosa, Kain et Rydia. Mais comme j’adore débloquer des succès/trophées, j’ai été très frustrée de savoir que certains allaient être bien chiant à obtenir et en particulier celui où TOUT les personnages du jeu doivent avoir le niveau 70 (et ce n’est pas le seul). Je pensais réellement que les principaux étaient uniquement concernés mais pas du tout. Le farming commençait déjà à être pénible au bout d’un moment, j’ai donc préféré finir le jeu une bonne fois pour toute. Alors, oui, c’est un challenge à relever mais pas pour une première partie.

Le chapitre d’Edward est également celui dont j’ai le moins aimé. Pourtant, j’ai aimé l’évolution du personnages mais les aller-retour en passant par la grotte de Kaïpo, je m’en serais bien passée… Concernant la map, le nom des villes ne sont pas inscrites et quand on ne connaît pas par cœur le monde du jeu, c’est pas très cool. Pour finir, les personnages sont redevenus muets. Exit les voix !

Musicalement, en dehors des composition de Uematsu, c’est surtout Mysterious Girl et Dispossessed Eidolons qui ont retenu mon attention. Les musiques inédites sont plutôt sympa, très « lunaires » et donnent un petit vent de nouveauté à l’univers.

Est-ce que je conseille TAY ? Pour les fans de FFIV, oui. Pour les novices de la saga Final Fantasy, je dirais que non puisque ça spoile un peu son prédécesseur (ça serait dommage de passer à côté d’un FF comme FFIV déjà). Il a certes des défauts, ça a été un peu pénible par moment au niveau du farm et des nombreux aller-retour que j’ai pu faire, mais globalement, ce fut une belle surprise (Je vous conseille d’installer le mod Battle FPS Patch car le FPS est de 15). D’autres vont lui reprocher son côté fan-service mais à côté de FFVII, c’est pas le FF qui en a le plus souffert. Manque plus que je joue à FFIV : Interlude et je pourrais enfin dire que je connais toute l’histoire du quatrième épisode !

PS : Ecrire cet article a été très pénible pour moi (aussi pénible que les aller-retour du chapitre d’Edward ahah), en effet, avec les multiples versions du jeu et le manque d’infos en dehors de Wikipédia, j’ai cru que je n’allais pas m’en sortir. C’est dans les moments comme ça j’aurais aimé avoir le livre La Légende de FFIV et FFV. Si jamais il y a des erreurs, n’hésitez pas à me le signaler.

*A confirmer, je ne suis pas sûre

Sources:
https://www.discogs.com/fr/Various-Final-Fantasy-IV-The-After-Years-Sounds-Plus/release/2937231
https://en.wikipedia.org/wiki/Final_Fantasy_IV:_The_After_Years
https://en.wikipedia.org/wiki/Junya_Nakano
https://en.wikipedia.org/wiki/Final_Fantasy_IV:_The_Complete_Collection
https://finalfantasy.fandom.com/wiki/Final_Fantasy_IV:_The_After_Years
https://en.wikipedia.org/wiki/Takashi_Tokita
https://en.wikipedia.org/wiki/Live_A_Live

Crisis Core ~ Final Fantasy VII ~

Plus de 10 ans après sa sortie (2008 chez nous), j’ai enfin joué à ce jeu. Et pourtant, j’ai la PSP et un ami de mon frère nous avait prêté le jeu mais comme on devait le rendre, je n’ai pas pu y jouer à mon tour. Je me suis donc rattrapée ce mois-ci. J’avoue que résister au charme de Zack n’a pas été facile pour moi ! Attention aux spoilers, tu es prévenu.e !

Regardez comment il est beau :3 !

De quoi parle ce FF ?

Retournons au passé, c’est-à-dire 7 ans avant FF7. Zack Fair, un jeune ado de 16 ans (au début du jeu) est un SOLDAT de 2e classe. D’un caractère enjoué et charmeur (aimant faire des squats), notre héros est également un grand rêveur puisqu’il souhaite devenir un SOLDAT de 1ere classe et … devenir un héros comme Sephiroth. Il est le petit protégé d’Angeal, un 1ere classe, propriétaire de la fameuse épée broyeuse et d’un fort sens de l’honneur et de loyauté. Tout les deux sont envoyé à la Guerre de Wutai mais sur le chemin, ils apprennent que Genesis, un autre SOLDAT de 1ere classe et meilleur ami d’Angeal a déserté. Ils sont alors attaqués par des soldats ressemblants exactement au déserteur mais par la suite, Angeal disparaît à son tour. C’est alors que Sephiroth apprend à Zack que son mentor s’est mi à déserter à son tour. Zack refuse d’y croire et est envoyé à Banora, le village natal des deux SOLDATs afin d’investiguer sur une disparition…

Qu’est-ce que j’en pense ?

Alors, je vais être franche, j’ai vraiment préféré les moments avec Zack, Angeal, Aeris, les Turks et Clad. J’aurais aimé plus de moments avec eux et un scénario qui sont en rapport avec eux et la Guerre de Wutai que par rapport à Genesis et son but incompréhensible.
J’avais dit dans l’article sur FF7 que peut-être qu’en jouant à CC j’allais apprendre à mieux apprécier Sephiroth, ben ce n’est malheureusement pas le cas. Je précise encore une fois que j’aime bien ce perso et il n’a pas eu droit à la vérité concernant ses véritables parents surtout mais ça reste là. Alors oui, y a du fan service (merci Nomura), on ne va pas se le cacher surtout lors de la scène où Genesis et Sephiroth s’entraînent mais que ça fini par déraper un peu (ouais juste pour de l’entraînement on a droit à One-Winged Angel aha!) mais bon ça plaît à beaucoup et tan mieux. Perso, j’ai pas mal tiqué dessus.

CC est un Action-RPG, un peu comme Kingdom Hearts, ce qui rend les combats très dynamiques. Nous retrouvons le système de matéria mais qui est en plus simplifié et surprise, on peut même les fusionner. Bon j’avoue, je ne l’ai pas tellement faite la fusion.
L’OCN (l’onde cérébrale digitale) est une roulette émotionnelle dans laquelle figurent le portrait des personnages que Zack rencontre et les souvenirs avec lesquels il a partagé. Ce système est d’une grande aide lors des combats puisque si on tombe trois fois sur le même personnages une attaque spéciale se déclenchera. Si ça tombe trois fois sur Cissnei et Aeris, ça sera plus respectivement une augmentation de stats ou de la guérison. Il n’y a pas que les personnages, il y également les invocations dans l’OCN. Qui dit roulette, dit chiffres, de 1 à 7. Par exemple, si ont tombe trois fois sur le chiffre 7, Zack montra de niveau. Si ça tombe sur d’autres chiffres, ça sera les matérias qui montreront de niveau jusqu’à sa parfaite maîtrise (un peu comme les G-Forces dans FF8). J’ai adoré ce concept là et lorsque j’étais parfois en situation désespérée, avoir droit à la roulette était une libération ! Quand je rejouerais aux jeu, je pense que je passerais plus de temps là dessus et j’essayerais de faire monter de niveau des matérias.

La linéarité du jeu ne m’a pas énormément dérangée mais j’aurais aimé être plus libre à certains moment comme aller à Wall Market par exemple.

Les missions qu’on peut faire en dehors de l’histoire ont été addictives et ont chacune leur propres difficultés en fonction du niveau de Zack (de très facile à extrême). Je me suis pas mal amusée dessus, j’ai pu level up et trouver des objets à l’œil. En parlant d’objets trouvés, on a droit à des missions ordonnées par Yuffie, un des personnages (insupportable) de FF7 lorsqu’elle était enfant. En plus des missions, le jeu nous offres des quêtes annexes plutôt sympathiques, ce qui fait durer un peu plus longtemps le jeu (comme celles qui permettent de faire un chariot de fleurs pour Aeris, je me suis investie à fond pour faire fonctionner la relation de Zack et Aeris)

Baise-laaaaaaaa avec 8 A (si t’as la ref, t’es un.e vrai.e)

En parlant de couple, j’ai toujours été une grande défenseure du « couple » Aeris/Clad mais, j’ai été tellement attendrie devant le couple Zack/Aeris. Eux, c’est officiel (et s’il vous plais, laissez-moi croire qu’il y a eu un petit zouk endiablé entre chaque missions !), et ce qui est drôle, c’est que c’est Zack qui prend les initiatives en premier (Aeris fera la même chose dans FF7). Revoir la belle jeune fille aux fleurs en dehors de FF7 m’a fait vraiment chaud au cœur et je n’étais pas du tout mécontente de la voir un peu plus réservée et discrète (elle était adolescente rappelons-le).

Redécouvrir les événements avant FF7 (Nibelheim) et connaître un peu plus Zack a été un vrai plaisir et c’est ce qui m’intéressait le plus alors que dans FF7, on ne le voit que brièvement (mais on voyait déjà son caractère solaire). Témoin des événements antérieur à FF7, c’est un personnage vraiment excellent. Il hisse les autres vers le haut et puis, il n’a pas hésité à se sacrifier, c’est beau. Et celui qui me dit encore qu’il meurt comme une merde, je lui balance une Lion Heart dans la gueule.
Parlons aussi d’Angeal, qui est sans doute pour moi, le personnage des trois 1eres classe le plus intéressant. La raison est simple, sa grande sagesse, il transmet des belles choses, a un code d’honneur qu’il veut respecter et est surtout loyal. Et puis, sans lui, Zack et par la suite Clad, n’auraient pas eu l’épée broyeuse.
En ce qui concerne Genesis, il m’a pas du tout marquée, limite je m’en foutais complètement de lui mais j’aime néanmoins les tirades qu’il tire de son livre et sa pièce préférée à savoir, LOVELESS. Mais, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas compris son but à vrai dire… C’est censé être un peu le « méchant » du jeu mais là, je ne sais pas ce que Square Enix a voulu nous montrer.

Amano n’a pas fait d’artwork pour CC mais celui de Nomura est plutôt sympa mais je préfère de loin son style un peu plus réaliste à la FF8/X ou Parasite Eve et manga pour FF7.

CC est surtout très connu pour sa fin tragique et larmoyante à souhait. Ayant joué à FF7 il y a 20 ans, j’ai vu ce qui arrivait à Zack mais de la revivre dans le jeu, c’est encore plus dur. Je pense que c’est avec FF9, le FF qui m’a fait le plus pleurer. D’ailleurs, j’aurais vraiment aimé que leur cavale dure plus longtemps que ça.
En ce qui concerne les cinématiques, il y en a pas beaucoup (et d’ailleurs, celle après avoir combattu Genesis, je l’ai trouvé inutile). Il y a bien évidemment des scènes depuis le moteur du jeu, qui n’est pas dégueulasse mais parfois l’est. Je précise que j’ai joué sur émulation et que quand ça arrivait, je me demandais si c’était aussi le cas sur PSP.

Un peu de musique ?

Passons à la partie musique. L’OST plutôt bonne est un mélange de piano, rock et un petit côté western parfois (enfin, j’avais l’impression d’y être). Certaines compositions de Nobuo Uemastu qui sont dans FF7 sont ici remixées et c’est une agréable surprise. Les autres composition sont de Takeharu Ishimoto qui a fait la bande son de Dissidia et a également bossé dans avec Hitoshi Sakimoto (Vagrant Story) et Yoko Shimomura (Legend of Mana). Je retiens surtout Price of Freedom, The Water’s Surface (et pourtant, j’ai souffert lors du donjon où on peut entendre ce morceau), Wandering under the Moonlight, Burden to Bear et The SOLDAT Way. Crisis Core a également eu droit à sa chanson, Why interprétée par ayaka. Bon comme je suis un peu gentille, je mets la chanson plus deux morceaux du jeu.

Beau remix de Heart of Anxiety ♥

Personnellement, c’est l’épisode dérivé de la compilation de FF7 qui m’a toujours le plus intéressée. Si ça n’a pas été fait, je le conseille malgré ses défauts ne serais-ce que pour connaître un peu mieux Zack et surtout afin de méditer sur les valeurs que lui et Angeal veulent transmettre. Mais la question qu’on peut se poser après avoir fini CC et surtout après avoir joué à FF7 est « Qu’est devenue Cissnei ? ». Je pense que soit elle a démissionné, soit elle a été tuée ou exilée par la Shinra… Pourquoi ? Peut-être qu’ils ont vu qu’elle a aidé les fugitifs à se sauver et que ça ne leur a pas plu, je ne vois que ça…

Sources
https://finalfantasy.fandom.com/fr/wiki/Crisis_Core_-Final_Fantasy_VII-
Pour les infos complémentaire des musiques, la bonne critique de Sylvain (avec qui je partage un peu son ressenti pour certains défauts du jeu) : http://www.chroniques-ludiques.fr/final-fantasy-vii-crisis-core/